dimanche 25 juin 2017

Le délinquant récidiviste ne payait pas le péage

D'une voix mal assurée, chevrotante, et étouffant même quelques sanglots, Morgan Beirne. explique aux magistrats qu'il a changé, et qu'il allait cesser de vivre dans l'illégalité. Pourtant, son casier judiciaire laissait présager d'une belle ‘‘carrière''. Depuis 2003, il accumulait notamment rébellion, conduite sans permis, vol, destruction, usage de stupéfiant, refus d'obtempérer, ou escroquerie. Il comparaissait hier, avec sa compagne Kattel H. devant le tribunal correctionnel de Narbonne pour escroquerie en récidive et conduite sans permis. Il s'agissait en l'espèce de 226 passages sans payer au péage de Narbonne pour un préjudice total de 3 434 euros, avec l'utilisation de trois stratagèmes différents : l'astuce des deux tickets, le passage derrière la voiture de devant, ou la fausse identité.

Trajet risqué pour profit étriqué

À la barre, le jeune homme de 33 ans tente d'expliquer ses agissements, mais s'enfonce : «J'allais en Espagne pour acheter des cigarettes que je revendais en France pour me faire de l'argent, et du cannabis». Un aveu inattendu, qui interroge le président du tribunal Philippe Romanello : «Le cannabis aussi vous le revendiez» ?
- «Non, c'était simplement pour ma consommation personnelle».
Devant l'incohérence de ce cheminement, une des assesseurs se risque à une question : «Pourquoi ne pas avoir effectué le trajet par la nationale, pour être plus discret» ? Réponse de l'intéressé : «Je trouvais qu'il y avait moins de contrôles sur l'autoroute, mais je suis abruti... Je me demande parfois comment je peux être aussi con».
Pour le procureur de la République, la fermeté est de rigueur. Il a requis 1 an de prison ferme pour Morgan Beirne et 6 mois avec sursis mise à l'épreuve pour Kattel, avec obligation d'indemniser Vinci Autoroutes.
Dans sa plaidoirie, l'avocat des accusés Maître Calvet a tenu à relativiser les faits : «Kattel et Morgan ne sont pas Bonnie and Clyde. Leurs agissements sont plus des cancreries que des actes criminels. En outre, il faut ramener la fraude à sa juste proportion. La somme totale représente trois secondes du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise lésée. Vinci aura son indemnisation mais n'aura pas ma pitié». Au terme de sa prise de parole, il a demandé au président du tribunal de ramener la sanction à de plus justes proportions, trouvant les réquisitions du procureur «excessives et exagérées». Bénéficiant du droit de parler en dernier, Morgan Beirne a tenu à exprimer ses regrets à la cour, assurant qu'il avait changé et qu'il promettait de changer de vie. Une confession qui n'a pas semblé convaincre les magistrats, qui l'ont condamné à huit mois de prison ferme (mais aménageable), tandis que Kattel a écopé de quatre mois avec sursis. Ils sont solidairement condamnés à payer les 3434 euros de préjudice

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/25/2600510-le-delinquant-recidiviste-ne-payait-pas-le-peage.html#fTqFEo6LifOqaG1A.99
Narbonnehttp://www.ladepeche.fr/communes/narbonne,11262.html

vendredi 23 juin 2017

Il sauve deux bébés goéland enfermés dans un sac poubelle

Ecoeurante découverte ce vendredi matin pour Johann, chauffeur de taxi à Saint-Tropez: trois petits goélands avaient été enfermés dans un sac poubelle. L'un d'eux n'a pas survécu.
Johann et les commerçants alentour n'en revenaient pas, ce vendredi matin. 
"J'étais à l'angle du quai de l'Epi et de la rue des Charrons. Mon collègue a jeté quelque chose dans la benne à ordures, et a remarqué que des bruits étranges sortaient d'un sac poubelle. Il bougeait", raconte Johann, chauffeur de taxi. Il a décidé d'y regarder de plus près et d'éventrer le sac poubelle bien fermé. 
A l'intérieur, il découvre des détritus - dont un courrier où figure le nom d'une tropézienne, et un autre sac, contenant un bébé goéland déjà mort, et deux autres à l'agonie dans la chaleur de leur mouroir.
Johann a relâché les deux oiseaux, sonnés mais pas blessés, dans un endroit sûr, et les a surveillés le temps qu'ils reprennent leurs esprits. En espérant que la nature leur laisse plus de chances que la personne qui les a jetés sans vergogne à la poubelle...
Le chauffeur de taxi comptait alerter la police municipale, et les informer du nom et de l'adresse de la personne qui pourrait être responsable de cet acte odieux.

                                    
  • Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers