vendredi 17 août 2018

Plus de 800 ponts menacés d'effondrement en France : faut-il vraiment s'alarmer ?

hebergement d'image

Nationale 2 infos


Un rapport publié en juillet par le ministère des Transports estime que 7% des ponts routiers français présentent, à terme, un "risque d'effondrement".
C'est un chiffre qui a de quoi inquiéter les automobilistes. En France, environ 840 ponts routiers souffriraient de dommages "sérieux" et présenteraient, à terme, "un risque d'effondrement". Une donnée extraite d'un récent rapport publié par le ministère des Transports, et ressortie dans les médias après l'effondrement du pont Morandi à Gênes (Italie), mardi 14 août. Alors faut-il vraiment s'alarmer ?

Hommage à Joël Robuchon ce vendredi à 15H

hebergement d'image

Plus de 2000 personnes, dont des centaines de grands chefs français et étrangers, y compris une délégation du Japon, doivent emplir ce vendredi la cathédrale de Poitiers, dans le centre-ouest de la France, pour un hommage à Joël Robuchon, cuisinier le plus étoilé du monde, mort le 6 août à 73 ans.
Un portrait géant du chef aux 32 étoiles (au sommet de sa carrière), devenu ambassadeur et emblème mondial de la gastronomie française, ornera la façade de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, pendant une cérémonie religieuse ponctuée d'allocutions, prévue à 15h00 et qui devrait durer deux heures.
Les obsèques de Joël Robuchon, qui a succombé à un cancer à Genève, ont déjà eu lieu la semaine dernière dans la plus stricte intimité selon le voeu de la famille. Mais à travers l'hommage public, elle voulait "un instant fraternel et solennel en mémoire de celui qui restera un guide, un père formateur, une étoile directrice, un ami, un homme affectueusement attaché" à la région du Poitou. Joël Robuchon avait fait ses premiers pas en cuisine à 15 ans comme apprenti dans un restaurant du village de Chasseneuil-du-Poitou, à 11 km de Poitiers. 
"Ce sera l'occasion pour le monde professionnel de donner un hommage. Joël était très religieux", a souligné à l'AFP le chef étoilé Axel Manes, patron du restaurant parisien L'Atelier, qui a marqué en 2003 le retour en cuisine de Joël Robuchon, avec comptoir autour d'une cuisine ouverte. "Je suis un de ses disciples. Cela faisait 15 ans que je travaillais avec lui", a souligné le chef de 34 ans, d'origine belge.
A l'intérieur de la cathédrale, des écrans ont été installés pour permettre à l'assistance de suivre au mieux le déroulement de la cérémonie. A l'extérieur, un système de sonorisation permettra au public qui n'aura pu pénétrer de suivre les allocutions.
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

Des gendarmes menacés de mort à Bethoncourt (25)

En moins d’une semaine, l’affaire a été - en grande partie - résolue. Il faut dire que les gendarmes, empêchés d’assurer leurs missions, étaient particulièrement motivés. On s’en est pris à leur intégrité physique. « Ils ont été menacés de mort, de représailles sur leur famille », complète le commandant Stéphane Rivier, chef de la compagnie de Montbéliard. Les pompiers n’ont pas, non plus, été épargnés.
Ce sont eux, en premier, qui essuient des jets de pierre, le 9 août vers 21 h 45 alors qu’ils éteignent un feu de voiture, rue de Gascogne à Grand-Charmont. « Un groupe d’une dizaine de jeunes les a caillassés », renseigne le procureur de la République Carine Greff. Dans la foulée, les sapeurs font appel aux militaires. Des personnels de la brigade de Bethoncourt et du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) se déplacent. Au cours de leur patrouille, ces derniers repèrent un groupe d’habitants rassemblés sur le parking de l’école maternelle Louise-Michel, impasse Parmentier à Bethoncourt. Le lieu de l’attroupement se situe à quelques centaines de mètres de la rue de Gascogne. Et puis, leur profil pourrait correspondre à la description donnée des agresseurs.

Ils avaient dérobé des briquets dans une grande surface

Les militaires s’approchent pour les contrôler. La riposte est d’une violence inouïe : des jets de pierre (l’une fracasse le pare-brise du véhicule du Psig), des provocations, des insultes, des menaces de mort… « Le groupe a dû être dispersé avec des bombes lacrymogènes », poursuit la représentante du parquet. Par chance, aucun gendarme n’est blessé. Rien à signaler non plus du côté des pompiers, ils sont indemnes.
Les investigations ne traînent pas. Tout en évitant les projectiles et en gérant cette situation de crise, les militaires sont parvenus à identifier deux Charmontais, un majeur de tout juste 18 ans et un mineur de 15 ans, connu de leurs services pour des outrages, des violences… Des témoins sont entendus, des recoupements sont effectués. L’interpellation des deux hommes sera plus rapide que prévue. Le 14 août, les Charmontais sont cueillis par les policiers après un vol au magasin Cora, route de Bethoncourt à Montbéliard : « Ils avaient dérobé des briquets, des tournevis, du matériel de bricolage », détaille Carine Greff.
Les mis en cause sont remis aux gendarmes qui souhaitent les entendre sur les faits du 9 août. Les auditions ne sont pas fructueuses. Les Doubiens ne contestent pas leur présence mais n’auraient strictement rien à se reprocher.
Ce jeudi matin, le duo a été déféré au parquet. Le mineur, présenté au juge des enfants, placé sous contrôle judiciaire, fera l’objet d’un placement en centre éducatif fermé (CEF). Le procureur a requis, concernant le plus âgé, un contrôle judiciaire strict, assorti également d’une série d’interdictions dont celle de paraître dans la cité bethoncourtoise. Survenue en début de soirée, la décision du juge des libertés et de la détention n’est pas connue.


jeudi 16 août 2018

Conditions de circulation pour la période du 17 au 20 août 2018

hebergement d'image

Nationale 2 infos


Vendredi 17 août :
Ce vendredi, est classé ORANGE dans le sens des retours.
Des retours seront enregistrés sur les autoroutes A6 et A10 entre le milieu de l’après-midi et le début de soirée, cela pourrait générer quelques difficultés de circulation. La baisse de l’activité économique encore très marquée, favorisera ces retours.
Il est conseillé de rentrer ou de traverser l’Île-de-France avant 14h00.
Samedi 18 août :
Ce samedi est classé ORANGE dans le sens des départs.
Pour l’Île-de-France, la physionomie de la circulation, s’approchera plus de celle des samedis du mois de juin. Des difficultés de circulation ponctuelles pourraient apparaître entre le milieu de la matinée et le début de l’après-midi, avec une pointe des difficultés de circulation vers la fin de matinée.
Il est conseillé de quitter ou de traverser l’Île-de-France avant 08h00.
Ce samedi est classé ROUGE dans le sens des retours.
Les débits attendus aux différentes barrières de péage seront plus importants que les samedis précédents. Des difficultés de circulation ponctuelles pourraient être enregistrées entre le milieu de l’après-midi et le début de soirée.
Il est conseillé de rentrer ou de traverser l’Île-de-France avant 14h00.
Dimanche 19 août :
Ce dimanche est classé VERT dans le sens des départs.
Des difficultés de circulation (habituelles pour un dimanche) pourraient apparaître entre la fin de matinée et le début de l’après-midi notamment, sur les autoroutes A6, A10, A13 et A86.
Ce dimanche est classé ORANGE dans le sens des retours.
Les retours des congés ajoutés à ceux du week-end seront importants et pourraient rendre difficile la circulation en Île-de-France. Les débits attendus aux différentes barrières de péages cette journée augurent des temps de passages aux barrières de péages relativement importants.
Il est conseillé de rentrer ou de traverser l’Île-de-France avant 12h00.
Lundi 20 août :
Ce lundi 20 août est classé VERT pour les retours.
Néanmoins, les trafics attendus aux différentes barrières de péages des autoroutes A6 et A10 seront relativement importants pour un lundi. Les premiers ralentissements liés aux retours pourraient apparaître dès la fin de matinée essentiellement sur l’autoroute A10 entre Janvry et Wissous. À partir du milieu de l’après-midi, ces retours ajoutés à ceux occasionnés par les trajets travail-domicile pourraient engendrer quelques difficultés de circulation jusqu’en début de soirée.

Attention à l’infection si vous mangez du poisson cru ou juste mariné

hebergement d'image
C’est l’été et beaucoup de vacanciers se délectent d’anchois marinés, de ceviches et autres poissons crus. Mais attention toutefois aux risques d’intoxication alimentaire. C’est la préfecture du Finistère qui lance un appel à la vigilance après deux cas avérés de contamination signalés récemment dans le département. Le site du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation rapporte, lui, quatre cas depuis le mois de juillet dans le Finistère.

« Le poisson sauvage est susceptible de contenir des parasites, comme le ver Anisakis, qui sont tués habituellement par la cuisson », indique la préfecture dans un communiqué. « Lorsqu’il mange du poisson à l’état cru, pas assez cuit, ou juste mariné dans des préparations à base de sel, citron, huile ou vinaigre, le consommateur peut être contaminé par ce ver, responsable de troubles digestifs graves », poursuit la préfecture du Finistère.

La congélation permet de tuer les parasites


Dans une étude publiée en mai 2017, des médecins qui avaient pris en charge un patient victime d’une infection parasitaire après un repas de sushis avaient expliqué que les symptômes se rapprochaient de ceux d’une intoxication alimentaire : fièvre, douleurs intestinales et vomissements. Une endoscopie avait révélé l’image impressionnante d’un parasite ressemblant à un ver fixé sur la paroi intestinale du patient et dont la queue rentrait dans l’estomac.
Si les cas humains d’anisakiase restent très rares (environ 10 cas chaque année en France), ils peuvent cependant être très graves et conduire notamment à La perforation de l’estomac ou à une péritonite.
Pour éviter tout risque d’infection, le ministère de l’Agriculture rappelle que si vous mangez du poisson sauvage cru, « il faut au préalable le congeler pendant au moins sept jours », ce qui permet de tuer les larves des parasites. Autre solution : la cuisson qui peut également détruire les parasites. « Il est important de s’assurer que la chair ne soit pas rose à l’arrête », précise le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Mots-clés :


A Paris, une course poursuite avec la police coûte la vie à un jeune homme

mercredi 15 août 2018

Collision entre deux voitures : six blessés, dont deux gravement touchés

Vers 1 h du matin, ce mercredi, une violente collision frontale entre deux voitures a eu lieu Grande Rue, à Pierrefontaine-les-Varans, en face de la rue des Chalets. Six victimes ont été blessées dans l’accident, dont deux gravement. Les secours ont dû désincarcérer l’une d’entre elles.
D’importants moyens, venant de différents centres, ont été dépêchés et déployés sur place : un fourgon de désincarcération, quatre ambulances (VSAV), un véhicule de commandement. Le SAMU était sur les lieux. Les blessés ont été transportés au CHU de Besançon. Le plus atteint des six a été héliporté par Héli 25 sur le même centre hospitalier depuis le stade de foot communal, où l’engin s’était posé.
La circulation a été déviée pendant la durée des opérations de secours. La gendarmerie de Valdahon et le maire étaient sur les lieux. L’enquête devrait permettre de déterminer les circonstances exactes de cette collision


mardi 14 août 2018

Un mort dans une fusillade près de Marseille

Un homme d'une vingtaine d'années a été abattu dans la nuit d'hier à aujourd'hui à Aubagne (Bouches-du-Rhône), à une vingtaine de kilomètre à l'est de Marseille, selon une source policière. La victime a été prise pour cible dans une cité du centre-ville par un ou plusieurs agresseurs. Une deuxième personne a été blessée.
La piste d'un règlement de comptes serait privilégiée par les enquêteurs. Si elle devait se confirmer, cela porterait à une quinzaine le nombre de personnes décédées dans ces circonstances depuis le début de l'année dans les Bouches-du-Rhône. L'an dernier, 13 règlements de comptes mortels ont été recensés dans le département, contre 28 en 2016, le plus souvent sur fond de trafic de drogue dans les cités sensibles de Marseille.
  1. Flash Actu http://www.lefigaro.fr/flash-actu/

La grande fête de la Libération de l'Oise

hebergement d'image

Oise le DépartementLa grande fête de la Libération de l'Oise


  • dimanche 2 septembre à 10:00 - 18:00
  • Oise le Département
    1 rue Cambry - CS 80941, 60000 Beauvais

  • Organisé par Oise le Département


Pour célébrer la libération définitive de l’Oise, le Conseil départemental, dans le cadre des commémorations du Centenaire de la Grande Guerre, organise une grande fête populaire, dimanche 2 septembre 2018, à l'Hôtel du Département à Beauvais.

LE PROGRAMME
Fête foraine de 1918
En complément des cérémonies patriotiques officielles, le parc de l'Hôtel du Département ouvrira ses portes, entre 10h et 18h, pour une journée d'animations et d'activités gratuites pour toute la famille.

Autour de la cérémonie commémorative, célébrée en présence des associations patriotiques de l’Oise, cette grande fête populaire proposera aux visiteurs une véritable reconstitution d’une fête foraine de 1918 avec ses manèges, ses chaises volantes et ...

🎡🎡 La première grande roue de France
Exceptionnel et pour la première fois dans l’Oise, la première grande roue installée en France lors de l’Exposition Universelle de Paris en 1900 sera accessible gratuitement. Cette magnifique attraction, qui a vu défiler plus d’un siècle d’histoire et de nombreuses personnalités, a tourné le 11 novembre 1918 aux États-Unis pour fêter l’Armistice. Un siècle plus tard, elle tournera dans les jardins du Conseil départemental pour fêter le Centenaire de la Libération de l’Oise. Un événement à ne pas manquer !

Reconstitutions historiques grandeur réelle
La journée sera également marquée par plusieurs reconstitutions historiques avec notamment une tranchée de la guerre 14-18 ou un campement militaire de la guerre 39-45, réalisés par l'association Market Garden...

💃💃 French Cancan
La journée se poursuivra avec les prestations endiablées des danseuses du French Cancan, symbole français de la joie de vivre et de l'insouciance retrouvée.

📷📷 Exposition de photographies "La guerre des gosses"
Les visiteurs pourront admirer les magnifiques clichés noir et blanc ou en couleurs qui seront exposés, toute la journée, dans le cadre de l'exposition "La guerre des gosses". Une exposition qui rend hommage au travail de Léon Gimpel, pionnier du photoreportage et ses photographies prises entre 1914 et 1918. Cette série d'images atypiques avait déjà été exposée aux "Rencontres de la photographie d'Arles" en 2014.

🥕🥔 Marché de fruits et légumes anciens
La Fête de la Libération sera également l'occasion pour les visiteurs de découvrir les stands de producteurs de fruits et légumes anciens.

🥁🎺 Fanfares et bal populaire
Enfin, les “Tambours du Centenaire de Haute-Alsace” déambuleront tout au long de la journée en interprétant de nombreuses musiques militaires avant que ne débute un grand bal populaire rythmé par des musiques d'époque clôturant ainsi l'événement en beauté.

Spectacle équestre "Les étonnants chevaux de guerre d'Augustin Pandori"
À ne pas manquer : le spectacle équestre “Les étonnants chevaux de guerre d’Augustin Pandori” orchestré par la compagnie “Caval’Scène”.

Ce spectacle familial, qui s’articule autour de l’emploi du cheval au sein de l’armée lors de la Première Guerre mondiale, entraîne les spectateurs dans une intrigue romancée, au mélange subtil de burlesque et de fresque historique. Tout au long des tableaux, “Caval’Scène” refait vivre une époque de l’Histoire, tout en restant fidèle à son côté décalé et humoristique, propre à toutes ses créations artistiques.

Durée du spectacle : 40 mn.

Renseignements au 03 44 06 60 60
Plus d'infos www.oise.fr/reseau/article/view/117907/la-grande-fete-de-la-liberation-de-loise-le-2-septembre-2018-a-beauvais

Possibilité de se restaurer sur place.