mardi 12 décembre 2017

Serez-vous exonéré(e) de la taxe d’habitation en 2018?

hebergement d'image
Emmanuel Macron avait promis pendant sa campagne électorale d’exonérer 80 % des ménages de la taxe d’habitation en 3 ans. Le président veut tenir sa promesse en mettant en place cette mesure dès l’automne prochain sur les résidences principales.

Si pour certains contribuables cette réforme ne va rien changer, d’autres vont voir leur impôt allégé voire supprimé.
Pour savoir si l’on est concerné par cette mesure, le gouvernement a mis en ligne un simulateur. Ce site permet notamment de connaître la réduction appliquée dès le mois de janvier aux personnes mensualisées.

Comment effectuer une simulation ? – Munissez-vous de votre dernier avis d’imposition. Le montant de votre taxe d’habitation 2017, votre revenu fiscal de référence, votre dernier avis d’impôt sur le revenu et le nombre de parts de votre foyer fiscal.

– Connectez-vous au simulateur.

– Complétez le document.
Que faire si vous êtes concerné(e) ? Vous êtes mensualisé(e) : 
Après avoir recalculé votre mensualité, connectez-vous à votre espace personnel sur impots.gouv.fr. Saisissez ensuite le nouveau prélèvement dans la rubrique « Modifier mes prélèvements, moduler mes mensualités ». Bien évidemment l’administration fiscale opérera le calcul de son côté et ajustera le prélèvement le cas échéant. Si vous voulez profiter dès janvier de cette réforme inscrivez-vous avant le 15 décembre. Sinon, la modification s’appliquera le mois suivant.

Vous n’êtes pas mensualisé(e) :

Les impôts vous enverront votre avis de taxe d’habitation à l’été 2018.
Serez-vous exonéré(e) de la taxe d’habitation en 2018?http://www.aisnenouvelle.fr/57518/article/2017-12-12/serez-vous-exoneree-de-la-taxe-dhabitation-en-2018



mardi 14 novembre 2017

Renard, poules et chiens affamés, cadavres d'animaux... Un chenil clandestin découvert à Pantin

Une douzaine de chiens squelettiques enfermés dans des cages d’à peine deux mètres carrés, un renard guère plus en forme, une quinzaine de poules et un canari décharnés et déplumés… Dans certains box, ce sont des cadavres d’animaux en décomposition qu’ont découverts dimanche après-midi dans un jardin ouvrier au pied de la cité des Courtillières, les enquêteurs du commissariat de Pantin, en Seine-Saint-Denis. Une enquête pour « mauvais traitement sur animaux » mais également pour « recel » et « détention d’arme de catégorie B », a été ouverte par le parquet de Bobigny. Un fusil, deux pistolets et des munitions – hors d’état car mal conservés – ont été retrouvés sur les lieux, a appris 20 Minutes de source proche de l’enquête.

Six cadavres de chiens

L’alerte a été donnée dimanche par des riverains excédés par les aboiements émanant de ce jardin de la rue Lamartine. Des nuisances sonores avaient déjà été signalées mais cette fois certains affirment avoir vu un renard en cage. En arrivant sur les lieux, les policiers découvrent un véritable chenil clandestin fait de bric et de broc. Des murs montés avec des palettes en bois ou de la taule, une bâche en guise de toit. Quelques « box » ont été aménagés, d’autres animaux sont enfermés dans de simples caisses de transport. « C’était particulièrement glauque, je crois qu’il n’y a pas d’autre mot », résume une source policière.
L’odeur est irrespirable, le sol est jonché d’excréments. « Un vieux berger allemand n’arrivait pas à se déplacer car des boules d’excréments collaient à ses pattes », précise Anne-Claire Chauvancy, responsable protection animale pour la Fondation Assistance aux animaux, qui a accompagné les forces de l’ordre pour la prise en charge. Elle décrit desscènes de maltraitance « insoutenables » : des animaux affamés et assoiffés, souffrant parfois d’escarres. « La longueur de leurs griffes nous laisse penser qu’ils ne sortaient jamais », poursuit-elle. Certains aboient à tout rompre, d’autres au contraire se terrent au fond de leur « cellule ». Au moins six cadavres de chiens en décomposition, deux dans des box, les autres dans de simples sacs-poubelle au fond d’un jardin, ont été mis à jour.

Une pension pour maîtres-chiens

Selon les premiers éléments du dossier, ce chenil était en réalité une pension illégale à l'usage des maîtres-chiens dans laquelle les animaux étaient gardés mais également « dressés » pour devenir combatif. D’où la présence d’un renard sur place. « On suppose qu’il servait à exciter les chiens pour les rendre agressifs. C’est ce qu’on appelle du “dressage au mordant” », poursuit la responsable associative. Les douze chiens encore vivants ont été pris en charge par la Fondation 30 millions d’amis, les oiseaux par celle de l’Assistance aux Animaux. Le renard a, quant à lui, été conduit au centre d’accueil de la faune sauvage de Maisons-Alfort (Cedaf)
Un homme de 57 ans, qui vivait sur place, a été placé en garde à vue pendant 48 heures avant d’être libéré. Une plainte en détention d’espèce sauvage, actes de cruauté, abandon volontaire a été déposée par la fondation Assistance aux animaux. L’enquête confiée au commissariat de Pantin se poursuit.

  • Parishttp://www.20minutes.fr/paris/


  • pantin


  • maltraitance


  • Animaux


  • Seine-Saint-Denis


  • cruauté envers les animaux




  • vendredi 10 novembre 2017

    Paris: Un incendie ravage un immeuble d'habitation, neuf blessés légers

    Neuf blessés légers dont un enfant et un soldat du feu. C’est le bilan, encore provisoire, du violent incendie qui s’est déclaré ce vendredi peu après 8 heures du matin dans la rue du Temple, au cœur du IIIe arrondissement de Paris. Une centaine de pompiers et trente engins sont encore à pied d’œuvre ce midi pour lutter contre les flammes qui ont atteint la toiture.
    .

    La verrière a explosé sous l'effet de la chaleur

    Le feu s’est déclaré dans une boutique de vêtements située sur deux niveaux puis s’est propagé dans la cour arrière de l’immeuble. Sous l’effet de la chaleur, la verrière – sous laquelle le stock était entreposé – a explosé et le feu s’est propagé à l’ensemble des niveaux. Une personne âgée, vivant au premier étage a été évacuée et cinq autres ont été mises en sécurité.
    Certains blessés, notamment intoxiqués à cause de la fumée, sont sur le point d’être évacués. Un pompier se serait légèrement blessé au visage lors des opérations. « C’est un feu important et le fait qu’il soit dans un immeuble ancien et dans une zone particulièrement dense ne facilite pas la tâche », a indiqué le commandant Lecoeur

  • Incendiehttp://www.20minutes.fr/dossier/incendie


  • Paris


  • pompiers


  • feu

  • Elle fait croire à son enlevement pour pouvoir rejoindre son amant

    Selon Le Progrès, une jeune femme de 25 ans aurait inventé, cet été, son enlèvement pour pouvoir rejoindre son amant au Puy-en-Velay.
    Rocambolesque! Une femme, ex-candidate FN aux élections départementales, a fait croire aux autorités avoir été victime d'un enlèvement et avoir été séquestrée pour, en réalité, pouvoir passer du bon temps avec son amant.
    Prévoyante, elle avait dit dans un premier SMS à son mari, avec qui elle était en instance de divorce, avoir été enlevée, ligotée et jetée dans le coffre d'une BMW noire.
    Terriblement inquiet il avait prévenu les gendarmes qui avaient rapidement mis un place un dispositif d'une cinquantaine de militaire au sol et impliquant également un hélicoptère.
    Le lendemain, la jeune femme était rentrée à son domicile expliquant simplement avoir été relâchée par ses ravisseurs.
    Placée en garde à vue, elle avait fini par avouer son mensonge.
    Convoquée au tribunal, ce jeudi, elle a écopé d'une peine de six mois de prison avec sursis assortie d'une mise à l'épreuve de deux ans et d'une amende de 5.000 euros

    Faits-Divers            http://www.nicematin.com/sujet/faits-divers

    jeudi 9 novembre 2017

    Prison de Perpignan : un détenu retrouvé mort et un autre surveillant agressé

    Un détenu de la prison de Perpignan, âgé de 46 ans, a été retrouvé mort dans sa cellule mardi matin. Selon les premiers éléments, l’homme, écroué pour délits de droit commun et qui n’avait jamais posé de problèmes durant sa détention, serait décédé des suites d’une absorption massive de médicaments. Une enquête est en cours, menée par les services de police. Conformément à la procédure une autopsie a été ordonnée pour déterminer les causes exactes de son décès.
    À cette malheureuse occasion, le syndicat UFAP-Unsa justice pointe des « incohérences de fonctionnement ». « Certains détenus sont suivis par le SMPR (service médico-psychologique régional) et une commission prévention suicide se réunit tous les 15 jours. Là, il est décidé de placer certains détenus sous surveillance particulière. Ainsi, nous assurons des rondes la nuit et nous avons une vigilance spéciale de ces personnes qui sont soit suicidaires, soit fragiles, soit toxicomanes. Or, on leur donne leur traitement médicaments pour 2, 3 voire 4 jours à l’avance, si il y a un jour férié en plus du week-end, et ils sont susceptibles de mettre fin à leurs jours avec ces doses-là. C’est presque une incitation pour des gens qui sont dépendants et peuvent céder à la tentation de tout prendre d’un coup. C’est peut-être ce qui s’est passé cette fois. Et nous sommes là pour palier cette contradiction ».

    Prison de Perpignan : un détenu retrouvé mort et un autre surveillant agresséhttp://www.lindependant.fr/2017/11/08/prison-de-perpignan-un-detenu-retrouve-mort-et-un-autre-surveillant-agresse,3067952.php

    mercredi 8 novembre 2017

    Mort d'Alexia Daval : "Les enquêteurs savent où ils vont", estime l'avocat des parents

    Dix jours après la découverte du corps d'Alexia Daval, la jeune femme a été inhumée ce mercredi 8 novembre dans le cimetière de Gray, sa ville natale, après un dernier adieu de sa famille et de ses proches au cours d'une cérémonie célébrée en la basilique de cette commune de Haute-Saône.

    De leurs côtés, les enquêteurs sont toujours à la recherche d'un suspect alors que l'avocat des parents, Me Jean-Marc Florand, est persuadé que l'affaire va se résoudre rapidement.

    Je n'ai pas de boule de cristal, tempère-t-il au micro de RTL. Je n'ai pas eu accès au dossier mais un peu par expérience, je pense qu'il ne s'agit pas d'une histoire bien compliquée et d'un crime mystérieux. Et du fait des considérables moyens techniques et humains, je ne vois pas comment cette affaire ne peut pas être résolue".
    Je crois qu'il y aura un dénouement rapide
     Et le coupable pourrait même être connu de la famille. "Gray est une petit ville, il n'y a pas un million de gens, tout le monde se connaît", ajoute l'avocat. Et sur ce sujet,  Me Jean-Marc Florand assure faire face à des parents particulièrement "lucides". "Ils n'excluent pas que l'assassin de leur fille soit quelqu'un qu'ils connaissent. Ils ont intégré cette possibilité. Ils redoutent cette hypothèse mais elle fait partie de leur quotidien", détaille-t-il.

    Personne connue de l'entourage, rôdeur... Le mystère demeure entier à l'heure actuelle. Mais cela n'inquiète pas l'avocat de la famille. "Je reste persuadé que les enquêteurs savent où ils vont, qu'ils ont pu refermer de nombreuses portes et qu'ils ne leur restent que quelques pistes à explorer avant de pouvoir conclure assez rapidement (...) Je crois qu'il y aura un dénouement rapide", conclut-il. 


    Haute-saônehttp://www.rtl.fr/sujet/haute-saone

    Calciné à proximité de sa tondeuse

    Pas moins de cinq véhicules de police - dont celui d’un technicien en identification judiciaire (IJ) - mardi soir, devant le 12, rue des Coteaux, à Villers-lès-Nancy. Les grilles du portail sont closes et des policiers sécurisent l’accès à la maison. L’important dispositif déployé dans ce quartier pavillonnaire d’ordinaire paisible, inquiète les riverains qui rentrent du travail, à la nuit tombée. « Non, je ne sais pas ce qui est arrivé, je rentre à l’instant… », confie une femme qui s’empresse de refermer sa porte de garage. Elle ne sait pas encore que le corps d’un de ses proches voisins vient d’être découvert entièrement calciné, dans le jardin.
    D’après les premiers éléments recueillis, la victime - un Villarois âgé de 56 ans - avait entrepris de tondre sa pelouse en début d’après-midi, à l’arrière de sa maison. Sa compagne était sortie. L’homme se trouvait seul chez lui avant que des voisins ne fassent la macabre découverte, peu avant 17 h et alertent immédiatement les secours.
    Extrêmement choqués, il leur est très difficile de témoigner tant la scène était insoutenable. Le quinquagénaire reposait sur le dos, dans la pelouse, « à deux ou trois mètres de sa tondeuse à l’arrêt ». Un bidon d’essence - ouvert - se trouvait à proximité. « En rentrant chez elle, la voisine a remarqué une odeur de brûlé et pensait que son voisin était en train de faire du feu… », confie un proche riverain, sous le choc lui aussi. « Mais en se rendant à l’étage, elle et son ami ont aperçu un corps de l’autre côté du grillage mitoyen. Ils ont tenté d’intervenir mais il était trop tard… » Trop tard également pour que les secours engagent des manœuvres de réanimation.

    L’hypothèse accidentelle

    Décrit comme quelqu’un de « méticuleux », « très attentif à l’entretien de sa maison », le Villarois avait consacré une partie des vacances de la Toussaint à repeindre le portail métallique de l’entrée. Sa pelouse était toujours propre, « au carré ». L’hypothèse d’un accident lors d’une dernière tonte hivernale semble être privilégiée. La tondeuse a-t-elle présenté un problème mécanique qui a nécessité l’intervention du Villarois avant que ne s’ensuive une éventuelle explosion avec projection de carburant ? Le quinquagénaire a-t-il été victime d’un embrasement brutal de l’essence au moment de (re) faire le plein sans pour autant qu’il ne parvienne à éteindre l’incendie qui a pu se propager à l’ensemble de ses vêtements ? Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances précises du drame et les causes de la mort. Le corps a été transporté à l’institut médico-légal (IML) de Nancy pour y être autopsié.