mardi 15 mai 2018

La police veut recruter 8.000 personnes

"Préserver ce bien précieux qu'est la paix publique." C'est ce que propose la Police nationale dans une vaste campagne de recrutement lancée mardi 15 mai. Ce sont 8.000 postes qui doivent être pourvus. Une première "depuis 18 ans" avec notamment des spots télévisés et un budget d'un million d'euros, quelques jours après une attaque au couteau à Paris.

Cela fait "18 ans que n'avaient pas été concentrés des moyens aussi importants pour donner envie aux jeunes gens d'entrer dans la police", a souligné le Directeur général de la police nationale (DGPN), Éric Morvan, lors de la présentation de la campagne lundi en présence du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

Ce clip de trente secondes s'adresse à deux publics : "Ceux qui se disent 'tiens, la police c'est une idée' mais qui hésitent encore" et "ceux qui ont une image déformée de la police nationale", a expliqué Éric Morvan. "On a besoin de gens qui ont des compétences de plus en plus aiguisées", explique Philippe Lutz de la Direction centrale du recrutement et de la formation de la police nationale (DCRFPN). "C'est à la fois la police au quotidien, la lutte contre la cybercriminalité, la police technique et scientifique, les cadres de la police, officiers, commissaires : c'est tous les métiers de la police nationale qui sont ciblés", ajoute-t-il.

De nouvelles motivations

Cette campagne sera lancée quelques jours après qu'un assaillant a été abattu par la police suite à une attaque au couteau dans les rues de Paris tuant un jeune homme de 29 ans et blessant quatre personnes. Après les attentats jihadistes du 13 novembre 2015, la police nationale avait connu une hausse du nombre de candidatures mais aussi un changement des motivations. L'idée d'avoir une attention aux autres, d'être dans le dévouement à la population et de protéger la paix publique a pris un sens tout à fait nouveau pour les générations qu'on recrute actuellement", selon Philippe Lutz. "Depuis les attentats, on ressent le souhait d'être davantage utile pour la patrie, ce sentiment patriotique est nouveau dans le cadre des recrutements", ajoute Denis Vuhrlin directeur de l'école de police de Montbéliard (Doubs).
Lors de l'attentat du quartier de l'Opéra samedi soir, "deux policiers généralistes accompagnés d'un adjoint de sécurité" sont intervenus, rappelle-t-il, soulignant l'intégration de nouveaux "modules pour faire face à ce type d'attentats" dans les formations initiales de gardiens. En 2018, la police nationale espère recruter 8.000 personnes: 3.300 gardiens de la paix, près de 2.000 adjoints de sécurité, 650 cadets de la République, 1.500 personnels administratifs techniques et scientifiques, 70 officiers de police et 56 commissaires.

Sociétéhttp://www.rtl.fr/sujet/societe

Aucun commentaire: